A propos du mot Apokalupsis

 

 

  Etymologiquement, le mot grec apokalupsis signifie littéralement «révélation», «dévoilement». Il nous a donné le mot apocalypse. 

  Le verbe grec apokaluptô, signifie, «révéler», «dévoiler», littéralement «ôter le voile»,»ouvrir les rideaux» pour voir ce qu'il y a derrière. 

  C'est le geste que nous faisons le matin en tirant les rideaux. C'est le geste des élus qui dévoilent une stèle ou une œuvre d'art et c'est le geste qui tire le rideau dévoilant le décor d’une pièce de théâtre après les 3 coups.

  Ce mot apokalupsis comprend trois registres d’interprétation:

1 Mettre à nu

2 Révélation d'une vérité, instruction

3 Manifestation, apparence

  L'un des tous premiers textes du Nouveau Testament dans lequel ces mots apparaissent se trouve dans la lettre que Paul écrit aux Galates (1,11-17) :

«... Je vous le certifie, mes frères, la bonne nouvelle que j'ai annoncée pour ma part n'est pas simplement humaine, car moi-même je ne l'ai pas reçue ni apprise d'un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ. (une révélation c'est en réalité le mot grec apokalupsis)

«...Mais quand il a plu à Dieu, qui m'a mis à part depuis le ventre de ma mère et qui m'a appelé par sa grâce, de révéler en moi son Fils ( révéler c'est en réalité le verbe grec apokaluptô).

  Pourtant, quand l'apôtre raconte sa conversion, la rupture radicale dans sa trajectoire de vie, le retournement de ses valeurs, il le fait en employant ces verbes qui signifient le dévoilement. Un chamboulement total, une apocalypse certes, mais une apocalypse qui n'est pas destruction et mort, mais au contraire ledévoilement d'une bonne nouvelle qui réoriente sa vie tout entière.

  On comprendra donc que le sens général et actuel attribué au mot apocalypse n’est pas du tout celui originellement compris et utilisé dans la Bible.

  Cependant les traducteurs français de la Bible ont préféré les mots révélation et révéler à apocalypse et au verbe qui aurait pu en découler.

  L'Apocalypse biblique telle décrite dans le dernier texte concluant la Bible à savoir «l’Apocalypse de Saint Jean» n'est donc la prédiction de la fin catastrophique du monde. On pourra plutôt y voir comme un appel à la dissidence et à la résistance confiante vis-à-vis des puissances de fascination du monde, comme la révélation que le combat valant la peine d'être mené, comme le dévoilement d'une victoire déjà remportée.

En conclusion, l'Apocalypse biblique serait plutôt la bonne nouvelle d'une espérance possible.