Série MON CINEMA

Glitch ginger 1

Depuis toujours je mène une réflexion tous azimuts sur les liens, les passages, les hybridations, les relations entre différents supports, différentes pratiques, différents médias artistiques.

La diversité de ma pratique, que ce soit en dessin, en peinture, en photographie, en video, en musique, et en écriture relève toujours du même principe.

A partir de différentes opérations (fusion, superposition, juxtaposition, dégradation… ) Il s’agit de mettre en tension des univers, des médias, des identités visuelles différentes afin d’en révéler leur spécificité par confrontation.

Depuis toujours, je suis passionné par le cinéma et pour ce qui nous intéresse ici,  la beauté et la psychologie des acteurs-trices, les cadrages, la photographie, le traitement de la lumière et donc des ombres.

L’Actrice comme icône, simultanément déesse immortelle et femme soumise au temps qui passe est, de mon point de vue,  un sujet inépuisable. 

Depuis toujours, je suis fasciné par l’abstraction graphique du visage entre ombre et lumière, et en particulier, la magie de la pose, de l’expression, du cadrage, et de la lumière condensant la photogénie de ces actrices qui, du cinéma muet aux années cinquante, forme le panthéon de mes obsessions cinématographiques.

De mes premiers émois de cinéphile et de peintre lors de l’apparition d’une Greta Garbo, d’une Marlène Dietrich ou d’une Louise Brooks, des actrices américaines comme Ava Gardner ou italiennes comme Claudia Cardinale, ma peinture se vit comme une sorte d’appropriation, de vol, et en même temps, d’hommage à la beauté de ces femmes.

J’ai commencé par le dessin. Celui-ci me permettait de saisir au plus près dans un format intimiste, les valeurs contrastées des éclairages d’antan. Il s’agissait aussi d’arriver à représenter en même temps la netteté et la douceur des contours dans un clair obscur très pictural.

Ensuite, j’ai voulu entreprendre de plus grands formats et la peinture s’est imposée. D’abord la peinture à l’huile, à même de rendre les textures les plus diverses, les modelés les plus subtils, l’oubli du geste pictural au profit de l’image et de sa séduction spectaculaire. 

Finalement j’ai opté pour la pratique de l’aérographe et de la peinture acrylique qui m’autorisait, de la meilleure des façons, l’ambiguïté de l’image proposée: photo ou peinture.

Dans une autre série « Glitch » qui mène une réflexion sur les relations entre peinture et video, j’ai représenté de manière picturale les effets de glitch de la projection video et des images numériques (Glitch: artefact de rendu graphique d'une texture ou d’une image à l'écran. Le plus souvent, il s'agit d’une dégradation ponctuelle de l’image video par la production aléatoire et imprévisible de couleurs, de bandes passantes ou de pixels).

J’ai également introduit ce procédé dans ma pratique picturale sur les stars de cinéma.